In: Uncategorized

C’est prouvé : de plus en plus de Belges font le choix de se chauffer aux pellets. A cet appui, ils mettent en avant le fait que :

  • cette source d’énergie est souvent moins chère que le mazout (environ 5€ le sac de 15 kg) ;
  • ceci, tout en se révélant plus durable ;
  • de plus, le poêle à pellets génère une chaleur homogène et une ambiance agréable ;
  • enfin, son usage est très aisé, puisque 100% automatique, exception faite du remplissage du réservoir.

Encore faut-il, cependant, choisir le bon type de pellets ! Dans un premier article (lire ici), nous avons commenté les 3 premières qualités requises de votre combustible. Voici désormais les 3 autres.

  • Une faible teneur en cendres. Derrière cette formule, c’est la quantité de cendres libérée par la combustion des pellets qu’il faut entendre. De fait, moins il y a de cendres libérées lors de la combustion, plus celle-ci est efficace. Et moins souvent, dès lors, vous devrez vider le bac à cendres de votre poêle ! Nous conseillons un taux inférieur à 0,7 %.
  • Une haute température de fusion des cendres. C’est là un paramètre essentiel. En effet, la température de la flamme d’une chaudière à pellets dépasse bien souvent les 1.000°C. Si, une fois cette température atteinte, des cendres entrent en fusion , elles vont alors se “vitrifier” lors du refroidissement du foyer. Cela risque bien d’ -endommager la chaudière, dont les performances vont progressivement décliner. Les pellets doivent donc avoir une température de fusion élevée : idéalement, au-delà de 1.200°C.
  • Enfin, la certification des pellets. Choisir des pellets certifiés – ENplus ou DINplus -, c’est se donner la garantie qu’ils respecteront bien les spécificités minimales en termes de qualité.

Pour de plus amples conseils dans le choix de vos pellets, contactez-nous

Nous recrutons d’urgence un magasinier !

Minimum 5 ans d’expérience, bonne connaissance des pièces de chauffage :

CV*: